Catégories
Soins et santé

Résilience, Mitchondria et supplémentation intelligente avec Shawn Wells

Enfant: Bienvenue sur le podcast de ma maman.

Ce podcast est sponsorisé par Wellnesse. ma nouvelle entreprise de soins personnels qui crée des produits qui vont au-delà de la sécurité et du naturel et qui contiennent des ingrédients bénéfiques qui nourrissent votre corps de l’extérieur vers l’intérieur. De nombreux produits «propres» ne fonctionnent tout simplement pas. C'est pourquoi j'ai passé la dernière décennie à rechercher et à perfectionner des recettes pour des produits qui non seulement éliminent les produits chimiques toxiques, mais contiennent également des ingrédients qui fonctionnent mieux que les alternatives conventionnelles tout en nourrissant votre corps de l'extérieur vers l'intérieur. Je suis tellement excité de partager ces produits. avec vous et je suis particulièrement fier de notre dentifrice blanchissant qui a nécessité des années de formulation et des dizaines de cycles d'ajustements pour se perfectionner. Notre dentifrice blanchissant soutient un microbiome buccal sain et renforce l'émail des dents naturellement en utilisant des ingrédients tels que l'hydroxyapatite, le neem et le thé vert pour soutenir la santé des dents et des gencives. Au lieu du fluor, notre formule contient de l'extrait de feuille de thé vert, qui est chargé d'antioxydants. De plus, il a été démontré qu'un phytochimique contenu dans le thé vert combat les bactéries qui entraînent la carie dentaire. Nous avons combiné ce composé phytochimique avec l'hydroxyapatite (un minéral naturel et principal composant de l'émail dentaire) pour renforcer les dents et prévenir les caries. Bien sûr, une haleine fraîche est primordiale pour un bon brossage des dents, et pour cela, nous avons inclus de l'extrait de feuille de menthe poivrée et de neem. Le neem empêche les bactéries de coller aux dents et de se transformer en plaque. Cette mesure de protection signifie moins de bactéries, ce qui conduit à… une haleine plus fraîche! Découvrez notre dentifrice blanchissant et tous nos produits sur Wellnesse.com. Un conseil: si vous achetez un pack ou utilisez la livraison automatique, vous bénéficierez d'une réduction sur ces deux commandes!

Cet épisode vous est présenté par Alitura. Vous m'avez probablement entendu parler de ça. C’est une entreprise de soins de la peau que j’adore, et elle a été fondée par un de mes chers amis, Andy, qui a créé ces produits incroyables lors d’un horrible accident qui lui a laissé des cicatrices au visage. Et cela l'a envoyé dans une phase de recherche incroyable pour trouver des moyens, espérons-le, de guérir ces cicatrices et de ne pas les avoir avec lui à vie. Et il a développé des produits incroyables qui lui ont permis de faire exactement cela. L'un de mes préférés est leur masque facial. Et si vous m'avez vu sur Instagram avec de l'argile sur tout le visage et les cheveux, c'est probablement celui que j'utilise. C'est un masque simple qui fait des choses incroyables pour la peau et contient des dizaines d'ingrédients vraiment, vraiment bénéfiques. Je remarque une grande différence dans mon teint lorsque je l'utilise régulièrement. Ils ont aussi quelque chose qui s'appelle le sérum d'or, que je trouve particulièrement nourrissant pour ma peau sans être trop grasse. Et j'aime utiliser ça, surtout avant de sortir ou si je vais être devant le feu rouge. Je trouve juste que c'est vraiment très bénéfique pour ma peau. J'adore tous leurs produits car ils utilisent des ingrédients entièrement naturels, et pas seulement des ingrédients naturels mais incroyablement bénéfiques. Andy va au-delà pour s'assurer que tout ce qui est contenu dans ces formules est si bénéfique pour la peau. Et sa peau témoigne certainement de leur efficacité. Et j'ai reçu des commentaires incroyables de la part de nombreux d'entre vous qui ont essayé ces produits et les ont également aimés. Ils sont beaucoup moins chers que les variantes de spas de produits de soin de la peau et j'ai trouvé que la qualité est tellement meilleure. Et je ne m'inquiète pas du tout parce que je sais qu'ils sont si naturels. Je serais ravi que vous regardiez leurs produits et que vous découvriez tout sur les différentes formules qu'ils ont en allant sur alituranaturals.com/wellnessmama. Et ils ont généreusement offert une remise de 20% avec le code WELLNESSMAMA, tout en majuscule, tout en un mot.

Katie: Bonjour et bienvenue sur le podcast «Wellness Mama». Je suis Katie de wellnessmama.com et wellnesse.com. C’est du bien-être avec un E à la fin, ma nouvelle gamme de soins capillaires, de dentifrice et de désinfectant pour les mains totalement naturels et sûrs.

Cet épisode va en profondeur sur des sujets vraiment fascinants. Nous parlons de résilience, de santé mitochondriale, d'une nouveauté dans la science des peptides, et comment savoir quels suppléments vous devriez prendre et comment en trouver un bon. Je suis ici avec Shawn Wells, qui est le premier biochimiste nutritionnel au monde et un expert en optimisation de la santé. Il a été qualifié de «meilleur formulateur du monde», ayant formulé plus de 500 suppléments, aliments, boissons et cosméceutiques. Il a breveté 10 ingrédients nouveaux et il est également connu sous le nom d '«ingrédientologue», la science des ingrédients. C'est un diététiste clinique en chef avec plus d'une décennie d'expérience clinique et il a aidé des milliers de personnes dans leur cheminement vers la santé. Nous parlons de son propre parcours, et maintenant de tout le travail qu'il fait dans tous ces différents domaines. Il est un leader d'opinion de renommée mondiale dans les domaines de la santé anti-âge et mitochondriale, et donne des conseils et des conseils vraiment, vraiment bénéfiques dans cet épisode. J'ai vraiment apprécié cette conversation, elle a duré un peu plus longtemps que d'habitude et elle regorge d'informations. Je sais que vous l'apprécierez autant que moi. Alors sans plus tarder, intervenons. Shawn, bienvenue sur le podcast. Merci d'être ici.

Shawn: Merci de m'avoir invité, Katie. Je suis vraiment enthousiaste. C'était une opportunité incroyable de vous rencontrer il y a quelques semaines et de vous embrasser, et de passer du temps personnel avec vous et tant de personnes formidables.

Katie: Ouais, incroyable après cette année surtout, ça me semblait particulièrement important. Et, bien sûr, je vous connaissais et j'avais entendu parler de votre travail. Ce fut un honneur de pouvoir vous rencontrer en personne. Et après que nous ayons eu quelques conversations, je savais que je devais vous avoir et vous partager avec le public. Vous avez tellement de connaissances et j’ai l’impression d’avoir à peine effleuré la surface de tout ce que vous savez. Mais pour commencer, pour nos auditeurs qui ne vous connaissent peut-être pas encore, pouvez-vous nous parler un peu de votre histoire et comment vous êtes devenu le meilleur formulateur au monde?

Shawn: Bien sûr. Eh bien, pour vous dire qui je suis en premier, comme je suis biochimiste, diététiste professionnelle. J'ai passé 10 ans en tant que diététiste clinique en chef en soins aigus et en soins de longue durée, nutritionniste sportive certifiée, membre de la Société internationale de nutrition sportive. J'ai participé à un certain nombre d'articles universitaires. J'ai un livre à paraître cette année intitulé "La formule énergétique" qui traite du biohacking. Je suis connu dans le domaine du biohacking. Je suis céto depuis 20 ans. J’ai fait, comme vous l’avez dit, 500 formulations. J'ai breveté environ 10 ingrédients avec environ 20 autres en cours de route. Voilà donc qui je suis.

Mais comme vous l’avez dit, je veux dire, il y a un long voyage là-bas. Et à peu près tous ceux qui sont super passionnés par quelque chose, il y a une histoire derrière cela et pourquoi ils sont devenus si passionnés. Et c’est définitivement le cas pour moi, vous savez, j’ai grandi dans une maison chaotique et j’ai grandi assez intimidé à l’école, comme on a ri. J'avais un… Je n'étais pas seulement obèse morbide, mais j'avais un gros derrière quand j'étais garçon. C'était assez brutal. On m'a appelé gros cul et tout ça tout le temps. Je ne voulais pas, tu sais, aller au cours de gym. Je ne voulais pas faire de sport. Et je suis devenu bon avec mon humour et j'ai plutôt bien réussi à l'école en tant que mécanisme de défense. Mais c'était dur de grandir et j'avais très peu d'amour-propre, je dirai. Et c'était difficile. Et certainement, je n’ai pas du tout l’impression d’attirer l’attention des femmes. Et je n'avais pas une grande estime de soi, définitivement une dysmorphie corporelle. Plus tard, cela a conduit à l'anorexie et à l'orthorexie. Et il a fallu beaucoup de temps pour arriver à un endroit où j'étais plutôt heureux et en bonne santé. Je veux dire, assez récemment, en fait, et j'ai 46 ans.

Cela a donc pris du temps. Mais c’était à l’université, au premier cycle, quand j’étais en école de commerce parce que, vous savez, on m’a dit de faire la chose la plus intelligente. Comme, «vous allez à l'école de commerce et vous obtenez un bon travail. Et, vous savez, vous en avez… J'espère que vous pouvez faire six chiffres, vous savez, comme un travail de 100 000 $ par an pour quelqu'un comme Anderson Consulting, et vous travaillez 80 heures par semaine, et, vous savez, vous obtenez la clôture blanche , et la maison, et le tout. Et donc, c'était mon processus de pensée. Mais j'ai commencé à m'entraîner. J'ai commencé à utiliser de la créatine, ce qui était nouveau à l'époque, en lisant ces magazines musculaires, en prenant des protéines. Et j'ai commencé à voir, comme, des changements et, comme, attirer plus d'attention sur mon corps et, vous savez, obtenir une attention positive de la part des femmes et des hommes qui me demandent comment je fais cette transformation.

Et j'ai fini par aller voir mon médecin entre ma deuxième et ma première année pour obtenir mon examen physique. Et je lui parlais de tous ces suppléments et de la science, et comment, vous savez, faire toutes ces grandes choses pour moi, et je me suis demandé ce qu’il en pensait. Et je pensais qu'il allait rire, comme la plupart des médecins le feraient surtout, vous savez, il y a 20 ans, comme quand je posais ces questions. Et en fait, il a dessiné une bouée de sauvetage pour moi, de 20 à 80. Et il a dit: «Pourquoi ne pas être heureux entre ici et ici?» Et je me suis dit: «Quoi? Genre, est-ce qu'il vient de…? Il m'a juste donné la permission de poursuivre ma passion, ce qui, comme, changerait ma vie et pourrait changer la vie des autres, et j'ai en quelque sorte le parcours d'un héros d'ici. Je n'ai pas à travailler dans une cabine. Je peux littéralement faire quelque chose qui me passionne vraiment. » Et parce que c'était un médecin et pas, comme certains, vous savez, un hippie, cela a changé la donne.

Vous savez, j'ai cru en ce type parce qu'il était ce que je considérais comme le plus réussi que vous puissiez être. Je veux dire, je ne connaissais pas à l’époque des entrepreneurs comme nous le savons maintenant. Comme, maintenant j'ai tous ces amis qui sont millionnaires et, comme, super réussis. Mais pour moi, comme, quelqu'un qui est juste un médecin ou quelqu'un qui a fait six chiffres était, comme, époustouflant pour moi. Cela a donc totalement changé ma voie. J'ai terminé l'école de commerce. Et j'ai décidé que j'allais obtenir tous les prérequis dont j'avais besoin pour obtenir mon Master en biochimie nutritionnelle et être un formulateur parce que je passerais toutes ces heures, comme, dans GNC ou Vitamin Shoppe, littéralement, je ne plaisante pas. Comme, quelqu'un irait dans un parc d'attractions et passerait, vous savez, six heures, je passerais, comme, ce temps dans un GNC, à lire des étiquettes. Et puis j'ai décidé d'y travailler parce que j'y étais tellement.

Mais j'ai fini par aller voir mon conseiller d'orientation à cet UNC Greensboro en leur disant: «Je veux, vous savez, aller à l'UNC Chapel Hill. Il faudra tous ces prérequis. Je veux faire ce Master en nutrition. Et il s'est moqué de moi. Ce type s'est moqué de moi, m'a dit que c'était 26 heures de crédit par semestre. "Vous êtes étudiant en commerce, vous échouerez et vous échouerez lamentablement." Et il a dit: «Vous n’êtes même pas dans cette bonne forme.» Et je suis parti en pleurant. Comme, ce rêve que j'avais depuis deux ans dans ma tête semblait maintenant détruit. Et j'avais une bouteille de vodka et des pilules devant moi et j'ai pensé à me suicider pendant la majeure partie de cette soirée. Parce que c'était une vie difficile jusque-là, et j'avais l'impression que ce rêve qu'on m'avait donné presque du ciel m'était juste arraché, comme si c'était une grosse blague, et ma vie n'était qu'une blague. Et évidemment, cela a ramené le truc de la dysmorphie corporelle. Et heureusement, je ne me suis pas suicidé cette nuit-là. Cela m'a nourri avec une grande détermination. J'ai décidé… J'étais comme, «F # @! ce gars. Vous savez, comme, honnêtement, comme… Et je pensais que pendant deux ans de tous ces cours très difficiles, comme, je n'avais littéralement que six cours par jour, comme la biochimie, la chimie organique, l'anatomie, la physiologie, vous savez, tout ce truc, et juste des cours et des laboratoires dos à dos, et j'ai obtenu des A directs. Et chaque fois que quelqu'un voulait sortir et aller boire, faire n'importe quoi, je me disais «Non». Genre, je détestais ce gars. C’est comme tout ce à quoi j’ai pensé. Et ce n’était pas si sain, mais c’était une fixation pour moi, et cela m’a aidé. Et j'ai fini, malgré ce type, entrer à UNC Chapel Hill, l'école de mes rêves, obtenir un Master en biochimie nutritionnelle et devenir diététiste. Mais je poussais tellement fort sur mon corps pendant cette période, vous savez, comme 80 heures par semaine, juste un stress élevé, comme autant d'attentes de moi-même, de séances d'entraînement, de régimes amaigrissants, et toutes ces choses. , et dormant très peu, qu'environ, eh bien, presque six mois après avoir terminé ma maîtrise en biochimie nutritionnelle à Capitol Hill, j'ai fini par attraper le virus d'Epstein-Barr, le streptocoque, le syndrome de fatigue chronique, la fibromyalgie, la maladie de Hashimoto et tout mon corps juste écrasé.

Et je ne pouvais pas retourner en classe. Je ne pouvais pas sortir du lit. Encore une fois, j'ai pensé à me suicider parce que je ne pourrais pas occuper un vrai travail. Par exemple, je ne pouvais pas rester éveillé plus d’une heure ou deux. Mon corps tout entier souffrait et était enflammé. C'était l'enfer, littéralement comme vivre en enfer. Et je ne savais pas quoi faire. Comme, littéralement, comme, je ne voulais pas vivre le reste de ma vie comme ça, et j'ai pensé à me suicider. Et je suis tombé sur le régime cétogène. Je mangeais déjà, tu sais, propre, comme, j'étais à l'école pour la nutrition. Et je pense que c'est clair, comme, ma définition de cela a changé au fil des ans. Mais le régime cétogène, et c'était il y a 20 ans, et ce que je fais depuis 20 ans maintenant, c'est ce sur quoi je suis tombé. Et cela m'a aidé à me lever, à sortir du lit, à retourner en classe, et c'était comme un miracle pour moi.

Mais à l'époque, vous savez, il n'y avait pas tous les sites de recettes, les communautés, les soutiens, les friandises, les glaces et toutes les choses cool. Alors, certes, je monterais et descendrais. Et il y a environ huit ans, j'ai eu une tumeur pituitaire. Et c'est là que je suis devenu vraiment sérieux, et j'ai commencé à faire du paléo, du jeûne intermittent, du régime cétogène avec … Je fais une approche cyclique et ciblée pour pouvoir la maintenir et faire tout le biohacking, toutes les choses de résilience que je peux faites, comme le chaud et le froid, vous savez, la thérapie avec des plongeons froids et des saunas infrarouges, et, vous savez, des lunettes bloquant la lumière bleue et la lumière bleue le matin, toutes les choses que je fais. Et je résume en fait tout cela, comme, dans mon livre "Energy Formula" qui sortira bientôt. Mais c’est l’histoire de mon parcours de santé.

Mais je pense que mon parcours de santé mentale, je travaille toujours là-dessus si dur. Je veux dire, je fais de la médecine des plantes récemment. COVID était la plus grande chose qui aurait pu m'arriver. J'étais censé voyager 300 jours cette année. Je poussais à tout faire. Je suis une de ces personnes qui est simplement accro au travail parce que je ne suis pas très douée pour m'aimer moi-même. Je pensais que la réussite est la façon dont je peux obtenir l'amour. Et c’est quelque chose que j’essaie toujours de défaire. Et cela a vraiment été un énorme changement pour moi cette année, car je n’ai pas eu à faire tout ce voyage. J'ai pu commencer à travailler avec un thérapeute sur un travail de style Byron Katie, où j'ai pu commencer à recadrer beaucoup de mes traumatismes. Et puis commencer à faire de la médecine des plantes, des voyages de psilocybine, des choses comme ça, de la MDMA, avec les bonnes personnes, encore une fois, sous la direction et la thérapie.

Et je suis, vous savez, en train de recommencer à lire, comme, vous savez, des livres, comme "Les quatre accords", vous savez, qui ont tellement d'impact pour moi. Et puis en choisissant mes mentors très clairement et en mettant autour de moi ces cinq personnes puissantes que je veux imiter et ressembler. Et ma vie change enfin, et je ressens enfin un peu d’amour envers moi-même. Et je n’ai pas à travailler 80 heures par semaine sans cesse et à me jeter dans le sol au détriment de et en disant à chacun comment vivre sa vie de manière saine. Vous savez, comme, parfois vous vous sentez comme une fraude lorsque vous faites cela. Mais j'ai toutes les meilleures intentions, j'ai toutes les connaissances. Donc, en partie, je veux tellement aider les gens. Et c’est difficile lorsque vous êtes dans cette position et c’est difficile de travailler autant à une intensité aussi élevée, cela vous vient facilement. Et quand je dis facilement, je veux dire, c'est un mode par défaut pour moi. Ce n’est certainement pas facile pour mon corps ou mon esprit. Donc, cette année, j'essaie de créer cet espace pour permettre à plus d'amour, de créativité et de spiritualité d'entrer et de me guérir. C’est donc mon objectif principal et un voyage que j’essaie d’engager avec d’autres.

Katie: J'adore ça. Je pense qu'il y a des similitudes dans nos histoires, au moins un peu de chevauchement, ce qui explique probablement pourquoi nous avons pu nous connecter si rapidement en personne. Et je pense que la beauté de cela et de la leçon que j'ai dû apprendre est, comme vous l'avez dit, d'avoir à traverser ces luttes, vous savez, A, choisir d'être heureux pendant le processus, sans attendre que vous atteigniez la perfection , que je pense seul, qu'un simple changement peut changer complètement la vie. C'était absolument pour moi.

J'ai eu la même lutte pour assimiler la réussite à un moyen d'obtenir l'amour, ce qui d'une part est un excellent moyen de faire beaucoup de choses. Et je ne regrette pas d’avoir pu être très efficace grâce à cela. En fait, quand j'ai abandonné ça, j'étais inquiète, je me suis dit: «Est-ce que je vais perdre mon avantage ou ma capacité à faire avancer les choses si je laisse aller ce traumatisme qui cause ce sentiment pour lequel je ne peux être aimé que ce que je fais, pas pour qui je suis? Et il s'avère que cela ne disparaît pas. Vous obtenez simplement le contrôle et l'utilisez comme un outil utile plutôt que d'être contrôlé par lui.

Et j'aime particulièrement ce que vous avez dit à la fin sur le recadrage et sur le fait que COVID est l'une des meilleures choses qui vous soient jamais arrivées. Parce que je pense que beaucoup de gens ont à juste titre lutté avec différents aspects de cette année. Et je crois que Byron Katie est peut-être celui qui a dit: «Pensez à des choses qui se passent pour moi, pas pour moi.» Et il y a tellement de bénédictions dans ceci et tellement de grandes choses. Et à tout le moins, c’est un merveilleux enseignant, du moins pour moi cette année. C’est une année très instructive. Vous utilisez le mot résilience. Et j’aimerais développer un peu plus ce sujet. L’idée de ce que nous pouvons faire à la fois physiquement et mentalement, puisque nous avons déjà commencé à nous pencher sur ce côté, pour accroître notre résilience?

Shawn: Oui, et je pense que ce sera le mot du futur parce que la résilience, parfois vous entendez le mot biorésilience de notre biologie, comment nous pouvons rebondir. Notre stress, comment nous gérons le stress. Il y a quelque chose appelé charge allostatique avec notre corps. Et c’est vraiment ce seau de stress, et la quantité de stress que peut contenir ce seau, que ce soit le stress, ce qui signifie un bon stress ou une détresse, qui est un stress négatif. Peu importe, par exemple, que le seau se remplit et que vous n'avez que peu de place dans le seau. Mais si vous faites des choses qui améliorent votre résilience, que ce soit mentalement ou physiquement, cela peut affecter l'autre.

Donc par cela, je veux dire, comme, un état d'esprit de, comme, de stoïcisme, de gratitude, d'esprit de croissance, qui vous rend plus résilient, à la fois mentalement et physiquement. Cela vous permettra de gérer plus de stress. Cela vous permettra de faire face à plus de stress physiologique car vous êtes plus résilient mentalement. Et le contraire est également vrai. Donc, la résilience physiologique est des choses comme la musculation, comme je parlais de contraste avec les températures, comme faire des plongeons froids par eux-mêmes ou une thérapie de sauna, comme les saunas infrarouges, ou encore mieux quand vous contraste et que vous faites les deux. Lorsque vous passez du chaud au froid, vous créez un delta encore plus grand, encore plus de résilience. Mais avec tout cela, vous devez faire attention à ne pas vous mettre dans une position de surmenage, de remplir ce godet de charge allostatique, de surentraînement. Parce que lorsque le stress entre dans votre vie, parfois même la respiration usée, comme les plongeons froids ou, vous savez, la méditation ou autre chose, vous savez, la respiration travaille, parfois certaines choses peuvent tout simplement être trop.

Et donc, comme je le disais, vous devez laisser cette pièce là-dedans, surtout quand vous parlez d'essayer de créer de nouvelles habitudes, cela prend de la puissance cérébrale et de l'énergie. Donc, vous devez laisser cette pièce dans votre seau pour permettre une croissance et même positive, cette eustress, afin que finalement, votre seau puisse grandir. Mais la résilience en ce moment est la clé. Et vous voyez que les gens qui sont exposés à des virus ou à des agents pathogènes, ils rebondissent parce qu'ils ont cette résilience parce qu'ils ont cet état d'esprit, et parce qu'ils sont capables d'être physiquement résilients parce qu'ils peuvent supporter des températures extrêmes. Ils peuvent soulever des poids. Ils ont une bonne forme cardiovasculaire. Comme, ils prennent les suppléments. Par exemple, les adaptogènes vous aident à être plus résilient, comme la rhodiola et l'ashwagandha, et des choses comme ça. Leur régime est plus propre. Ils dorment. La variabilité de votre fréquence cardiaque est à un bon endroit, où vous avez plus de résilience. Comme, toutes ces choses, vous savez, ajoutent que vous êtes finalement plus difficile à tuer. C’est ce qu’est la résilience, c’est que vous êtes plus difficile à tuer.

Katie: Cela a tellement de sens. Comment pouvons-nous savoir si nous surfons sur cette ligne entre le bon stress et le mauvais stress? Parce que je suis complètement d'accord avec toi. Je pense que l'une des choses les plus excitantes pour moi ces deux dernières années, le public m'a probablement entendu parler de mon voyage, à la fois avec le travail de traumatologie interne et aussi physiquement, mais est-ce que la résilience et la flexibilité dans tous les aspects. Donc, sur le plan sportif, la capacité physique de ramasser des choses lourdes, de les poser ou de courir plus vite, ou même de suivre un régime, de pouvoir manger beaucoup de glucides un jour et être bien ou manger beaucoup de protéines le jour. J'ai besoin de plus de protéines ou autre, et mon corps peut gérer toutes les entrées. Et je fais aussi beaucoup de chaud et de froid. Existe-t-il de bonnes mesures pour savoir comment s'assurer que nous ne poussons pas trop le corps? Et je sais que pour les femmes, en particulier, nous devons être un peu plus prudents car nous pouvons envoyer notre corps dans l'infertilité ou, vous savez, si nous signalons que nous sommes affamés ou que nous signalons que nous sommes stressés ou quoi que ce soit, notre corps choisira de fermer certaines choses. Alors, des bonnes lignes directrices sur la façon dont nous pouvons surveiller cette ligne?

Shawn: Oui, donc l'un de ceux que j'ai mentionnés auparavant, si vous avez l'un de ces appareils portables, comme le Garmin Fenix, la sangle bio, la sangle whoop, l'anneau oura, ils peuvent mesurer ce qu'on appelle la variabilité de la fréquence cardiaque. Et plus la variabilité de votre fréquence cardiaque est étroite, plus elle est faible, plus vous êtes résilient et prêt à vous entraîner et à gérer le stress. Et plus la variabilité de votre fréquence cardiaque est grande, plus vous n’êtes pas prêt. Vous êtes surentraîné. Vous êtes trop stressé. Tu as besoin de dormir. Vous avez besoin de récupération. Vous savez, même dans, comme, si vous regardez les études de formation, le terme était toujours le surentraînement. Et c'est un terme légitime. Mais le revers de la médaille est en cours de reprise. Et vous voyez qu'il y a des études d'entraînement où ils font quelque chose appelé sur-portée, où ils, vous savez, obligent ces athlètes à s'entraîner plus dur qu'habituellement, et ils s'entraînent déjà à un niveau très difficile dans l'étude. Mais ils font une phase de dépassement, où ils sont vraiment surentraînés.

Mais si vous avez des éléments de récupération plus importants, où vous leur permettez de dormir plus, où vous augmentez leur nutrition, leurs calories, vous savez, où vous réduisez les facteurs de stress, alors c'est plus un facteur qu'ils peuvent récupérer. Il ne s’agit donc pas d’en faire trop, mais de récupérer suffisamment. Et vous pouvez y penser différemment en ce sens qu'il existe un ton sympathique et parasympathique, votre système nerveux autonome. Nous sommes généralement dans l’état sympathique, qui est le combat ou la fuite. D'accord? Donc, comme, nous écoutons toujours de la musique. Nous avons, comme, la musique rock ou, comme, la musique rap, comme, à plein régime. Nous entrons et sortons des voies. Nous sommes en retard pour quoi que ce soit. Et nous nous stressons nous-mêmes, et nous nous mettons de la nourriture au visage pendant que nous descendons l'autoroute. Et puis nous nous mettons au travail et, vous savez, nous sommes enterrés dans nos e-mails, et quelqu'un dit: «Où est-ce? J'ai besoin de ces documents.

Et puis vous buvez du café et des boissons énergisantes, et vous n’avez pas le temps de déjeuner, mais je vais juste, vous savez, prendre une pizza et continuer. Et puis je suis épuisé. J'ai besoin d'une friandise ou d'une boisson monstre dans le distributeur automatique. Et puis je dois rentrer à la maison, le trafic est nul, puis tout simplement débordé. Je ne peux pas m'occuper de mon conjoint pour le moment ou de mes enfants. Je vais juste allumer la télé, regarder quelque chose qui est super orienté vers l’action, et littéralement toute votre journée est un système nerveux sympathique. Et nous nous demandons pourquoi ce seau déborde. Une clé pour garder ce seau au bon endroit est d'avoir cet équilibre, comme la philosophie orientale du Yin et du Yang, comme, où vous avez un état parasympathique équilibrant votre sympathique.

Le parasympathique est le repos et la digestion. Alors faites de la respiration, faites de la méditation, détendez-vous pendant que vous mangez. Il y a une raison dans les zones de la zone bleue, comme la Sardaigne, qu'elles vivent tellement plus longtemps. Comme, tout le monde regarde, est-ce le vin? Est-ce la cuisine méditerranéenne? J'y suis allé plusieurs fois. Ce n’est pas seulement ces choses. C’est qu’ils mangent pendant trois heures. C'est qu'ils s'assoient et se parlent, se détendent, communient et suivent une thérapie. Et puis la nourriture devient psychosomatiquement un relaxant. Dans notre culture, oui, notre alimentation est moins saine. C'est pro-inflammatoire. C'est un indice glycémique élevé, toutes ces choses, sur-traitées. Mais c'est aussi un déclencheur pour le système nerveux sympathique, car nous sommes toujours stressés lorsque nous mangeons. Nous sommes toujours en mouvement lorsque nous mangeons. Nous nous disputons quand nous mangeons. Nous nous donnons trois minutes pour nous fourrer de la nourriture au visage. Ainsi, la nourriture devient en fait un signal de stress.

Et ce n’est pas toujours vous qui êtes stressé et vous mangez. C’est littéralement les deux, comme votre corps relie les deux. Donc, vous savez, il y a beaucoup à faire. Et puis vous avez mentionné, vous savez, les femmes doivent certainement être plus prudentes que les hommes, surtout si vous avez une graisse corporelle inférieure. Je passe souvent par là. J'ai quelques guides sur mon site Web qui passent par le jeûne à ce sujet. Si vous avez moins de 14% de graisse corporelle, vous devez être très prudent avec tout type de jeûne, tout type de régime, en suivant un régime cétogène. Comme, vous savez, je dirais que vous devez le cycle, vous savez, des choses comme ça. Par exemple, plus une femme est maigre et plus elle a déjà de problèmes de fertilité, plus vous devez faire attention à ce genre de choses. Ceux-ci peuvent devenir d'énormes facteurs de stress, et pas nécessairement positifs. Mais encore une fois, c'est en partie ce que nous y attachons psychologiquement. Lorsque nous suivons un régime, c'est souvent à cause d'une dysmorphie corporelle. Nous prenons des mesures extrêmes. Nous utilisons des pilules amaigrissantes. Nous ne nous aimons pas. Nous ne dormons pas assez, mais nous sommes au gymnase, vous savez, nous nous entraînons pendant quelques heures, et notre corps est submergé et s’arrête. C'est donc très différent de «Hé, tu sais, je vais adopter une approche de style de vie pour ma nutrition et mes exercices. Et je vais avoir une vision positive de moi-même. Et je vais le faire pour être en meilleure santé et parce que je m'aime. " C’est très différent de «Je dispose de huit semaines. Je me hais. J'ai besoin de perdre 20 livres. Voilà donc ce que je vais faire. " Vous savez, vous pourriez suivre le même régime et avoir des résultats très différents à cause de cet état d'esprit.

Katie: Absolument. Je pense que la plus grande clé pour moi était de changer… Parce que pendant des années, j'ai essayé de me punir pour avoir une certaine taille ou de me détester maigre. Ça ne marche pas comme ça. Et c'était incroyable de voir comment lorsque j'ai abordé les choses intérieures et l'état d'esprit, comme vous en avez parlé au début, et cela venait d'un lieu d'amour, il est devenu facile de choisir des choses saines pour nourrir mon corps parce que je le voulais. Et il est devenu naturel de bouger parce que ça faisait du bien de bouger, pas à cause de cette chose que je devais cocher sur la liste. Et c'est quelque chose que je m'assure toujours de dire quand je parle, en particulier avec la perte de poids ou toutes les transitions que j'ai faites au cours des deux dernières années, est-ce que je m'assure de dormir chaque nuit, au moins 8 heures, souvent, parfois jusqu'à 10 heures. Comme, le sommeil est un non-négociable pour moi. Et j'ai l'impression que si vous réussissez ce morceau, cela pardonne tellement d'autres choses.

Cela me permet de faire de l'exercice sans être stressant. Cela me permet parfois de jeûner sans être stressant. Mais le sommeil n'est pas négociable pour moi. Et aussi j'ai dû apprendre à me nourrir, au lieu de la privation, à votre point. Si nous faisons ce changement en pensant que la nourriture est simplement du carburant et des calories comme de l'énergie, au lieu de quelque chose de mauvais que nous essayons d'éviter, alors nous pouvons commencer à penser à ce qui va le mieux alimenter mon corps. Et surtout au point de flexibilité métabolique, je mange beaucoup de nourriture pendant de nombreux jours. Et j'ai découvert en augmentant cela, plus je mange, surtout quand je consomme suffisamment de protéines et que je reçois suffisamment de graisses saines, je continue en fait à perdre du poids et à prendre beaucoup de muscle. Mais je le fais en faisant le plein. Donc je ne prive pas mon corps. Mon corps apprend à brûler plus efficacement et à utiliser cet aliment comme carburant plutôt que de me sentir obligé de perdre des calories. Et je pense que ça va aussi être un élément, semble-t-il, dans l'équation anti-âge. C’est une chose à laquelle j’ai commencé à penser davantage, en vieillissant et en réalisant que je n’éviterai pas le soleil parce que je pense que le soleil a énormément d’avantages. Donc, je vais m'assurer de prendre soin de ma peau, mais je n'éviterai pas le soleil.

Et sachant que, comme, comment puis-je faire les choses pour m'aider à vieillir gracieusement? Je ne suis pas opposé au vieillissement. Je pense que c'est une belle partie de la vie. Mais je ne veux pas forcément me précipiter non plus. Je sais que c'est un domaine sur lequel vous avez également fait beaucoup de recherches est le monde anti-âge. Vous avez aidé des gens à formuler un grand nombre de ces types de suppléments et de choses qui peuvent aider. Et donc, en vous appuyant sur vos très vastes connaissances à ce sujet, selon vous, quels sont les plus grands moteurs d'aiguille qui font réellement une différence en matière d'anti-vieillissement et de protection de notre corps à mesure que nous vieillissons? Car certainement, il ne s’agit pas seulement de rides ou pas de rides sur notre visage. Nous parlons, même au niveau cellulaire, de vous protéger et de protéger votre corps et d’éviter, vous le savez, des problèmes de santé plus importants que les rides. Alors, que pensez-vous de ce que nous pouvons faire pour lutter contre le vieillissement?

Shawn: Eh bien, il est certain que la composante de résilience est massive dans ce domaine, et avoir une partie de ce parasympathique pour équilibrer le système nerveux sympathique va être énorme. Et pour moi, le fondement est l'amour de soi et la thérapie. Et donc nous les avons passés en revue, mais si nous voulons devenir plus techniques, alors, vous savez, en commençant par le régime cétogène, ce qui m'a aidé, l'une des raisons pour lesquelles, vous savez, les gens se disent: «Oh, c'est juste comme… Qu'est-ce que c'est? The miracle diet? Like, it does like Alzheimer’s and cancer and blah, blah? You know, how does it…? It’s ridiculous. People all of a sudden get energy on it?” So one of the reasons that it does that is going back to your point of metabolic flexibility, is that you are dual-fuel. Right now, most people are mono-fuel. They’re only using glucose. They’re just getting carbohydrates all day long.

They’re eating, like, six to eight times a day. They’re snacking. They’re eating. They’re getting, you know, the sugary stuff. You walk in a convenience store, you go to the vending machine, and it’s all sugar, and it’s all tempting. And it’s all engineered ultra-processed food that has bliss points associated with it, acids, and salts, and sweets, and bubbly. It’s got tingles. And all of that is engineered, and it’s meant to override satiety signals. And when you get back to whole food, you get back to feeling full again. That’s hugely important. But being dual-fuel, allowing yourself to use ketones and glucose, then allows you to not run into metabolic dysfunction. And almost all diseases in biological aging over chronological aging is coming from metabolic dysfunction. So, ultimately, that means the mitochondria are not producing enough energy for your body. It’s a state called insufficient cellular energy states.

And then there’s a windfall of things that happen as a result of that, like your telomere length shortens, and you have inflammation chronically, glycation damage, which is blood sugar damage. And that actually gets called advanced glycation end products, AGEs, appropriately named. And then there’s oxidation, essentially, like, you know, rust to, like, iron chain or something like that. And that happens in our body. So there’s glycation inflammation, oxidation, and lack of cellular energy. And then it can show up in fibromyalgia, where you’re getting that chronic, inflamed tissue. It can show up in hypertonic muscles, where your muscles aren’t relaxing like they should. It can show up with chronic fatigue syndrome and autoimmunity because you don’t have enough energy and you’re running into all these problems. And it’s literally like trying to… You’ve got a Ferrari and you’re putting like diesel in it. You know, it’s just not the right fuel and it’s not moving well enough.

So you need to eat a whole food diet is critical, lower the sugar. Move your body, especially right after you eat. It’s called a postprandial exercise. Like, literally take a stroll right after you eat. It helps lower that blood glucose and get the insulin down. You know, then get your, you know, gym bag out. Get your shoes out, whatever it takes, so that you actually go for a walk in the morning or go to the gym. Or if you’ve got a home gym, do that. Like, you know, try and get all the pieces in place so that you can guarantee that you get out and exercise. And get these things in place. And then if you wanna experiment with a ketogenic diet, I always tell someone that’s down the road. Like, once you’ve kind of locked in the other pieces, then you can experiment with keto, but you need to get to some of the basics of foundation, like, getting yourself off the ultra-processed high bliss point food.

And here’s an example of bliss point food. So if I was to give you raw almonds, you would eat, you know, a handful, maybe if you’re hungry. If I roast them, it brings out a sweetness and a different note in them. Then if I add oil to them, you’d it eat more. And then if I add salt to the oil, then if I add honey to the salt in the oil, it’s sweet, then I add habanero, so it’s sweet and spicy. And they literally do this. It’s a game to, like, trigger your brains for a high dopamine serotonin response, overriding satiety, and you’re addicted, and you keep eating them. You’d eat the whole bag. And it’s just not natural for us. And even with drinks, you know, they work on when you open it, like much of a shhhh, you know, the carbonation makes because that triggers you psychosomatically to get ready. Some enzymes and, you know, different ghrelin, and leptin, and some of these things start kicking in, and there’s anticipatory things that are happening with serotonin and dopamine.

And then they make the sweetness and the flavor on the front end of the soda or the drink, not on the back end. So you are left wanting more and you’ll see people take that lid on and off, on and off, on and off of the bottle while they’re drinking it, put it down, put it back to their mouth, put it down, put it back. It’s literally because you can’t stop. And they even have slogans like that. “Once you pop, you can’t stop. You can’t just eat one.” This is all engineering. There’s food scientists that make you overeat. The battle is real. When you walk in that convenience store, it’s all addictions. You have, like, caffeine, sugar, corn, lottery, tobacco, whatever. And everything’s colorful, colorful liquids, colorful candies. It’s hard to get out of there without succumbing to that. So the battle is real. So if you can move to whole food, if you can move your body and get back on track to where you should be, then you can experiment with things like Keto.

Katie: I love that you brought that up, getting those basics in line first, and dealing with getting out of a state of stress and avoiding the, like, really just blatantly big ones first, before you start getting into the specifics or certainly before you start getting into the more biohacky stuff. Like, I’ve said that for so long, you can’t out bio-hack a bad diet or lack of sleep, and you can’t out supplement a bad diet or lack of sleep. You’ve gotta start with the big pieces first, like breathing, moving, eating, before you add anything else. I love that tip about exercising after eating. Like, I think I’ve heard that in passing before. But that makes so much sense. And this I’m guessing, just to clarify, doesn’t have to be a lot of movement and probably should not be high-intensity movement, but just some kind of gentle, slow movement, which probably also happens in Blue Zones. I’m guessing, like, maybe walk home after a nice calm dinner with their friends. Droite?

Shawn: Exactly. Exactly right. Yeah, like a 10 to 20-minute stroll, light walk, and it up-regulates the glute forward translocation, essentially just helping you lower the blood glucose and lower insulin as well.

Katie: Very cool.

This podcast is sponsored by Wellnesse. my new personal care company that creates products that go beyond just safe and natural and contain beneficial ingredients that nourish your body from the outside in. Many “clean” products simply don’t work. This is why I have spent the last decade researching and perfecting recipes for products that not only eliminate toxic chemicals but also have ingredients that work better than the conventional alternatives while nourishing your body from the outside in. I’m so excited to share these products with you and am especially proud of our whitening toothpaste which took years of formulating and dozens of rounds of tweaks to perfect. Our whitening toothpaste supports a healthy oral microbiome and strengthens tooth enamel naturally using ingredients such as hydroxyapatite, neem, and green tea to support tooth and gum health. Instead of fluoride, our formula contains green tea leaf extract, which is loaded with antioxidants. Plus, a phytochemical in green tea is shown to fight bacteria that leads to tooth decay. We combined this phytochemical with hydroxyapatite (a naturally-occurring mineral and main component of tooth enamel) to strengthen teeth and prevent cavities. Of course, fresh breath is paramount to good teeth brushing, and for that, we included peppermint leaf extract and neem. Neem prevents bacteria from sticking to teeth and turning into plaque. This protective measure means fewer bacteria, which leads to…fresher breath! Check out our whitening toothpaste and all of our products at Wellnesse.com. A tip – if you purchase a bundle or use auto-ship, you will receive a discount on both of those orders!

This episode is brought to you by Alitura. You’ve probably heard me talk about that. This is a skincare company I love, and it’s founded by a dear friend of mine, Andy, who created these incredible products when he was in a horrible accident that left him with scars on his face. And this sent him into an incredible research phase to figure out ways that he could hopefully heal those scars and not have them with him for life. And he’s developed some incredible products that have allowed him to do just that. One of my favorites is their face mask. And if you’ve seen me on Instagram with clay all over my face and hair, this is likely the one that I’m using. It’s a simple mask that does incredible things for the skin and contains dozens of really, really beneficial ingredients. I notice a big difference in my skin tone when I use it regularly. They also have something called the Gold Serum, which I find especially nourishing for my skin without being too oily. And I love to use that, especially before we go outside or if I’m gonna be in front of the red light. I just find it’s really, really beneficial for my skin. I love all of their products because they use completely natural ingredients, and not just natural but incredibly beneficial ingredients. Andy goes above and beyond to make sure that everything that is contained in these formulas are so beneficial for the skin. And his skin is certainly a testament to how well they work. And I’ve gotten incredible feedback from many of you who have tried these products and loved them as well. They’re much less expensive than spa variations of skincare products and I found that the quality is so, so much better. And I don’t worry at all because I know they’re so natural. I would love for you to check out their products and find out all about the different formulas they have by going to alituranaturals.com/wellnessmama. And they’ve generously offered a discount of 20% with the code WELLNESSMAMA, all capital, all one word.

Katie: Okay. So now we can finally delve into something I’m really excited to hear your take on because you have so much experience firsthand, which is the supplement world and I think good supplements. Because certainly there are thousands and thousands, 10s of thousands of options available. And they all write really great sales letters and convince you that you should be taking all of them, yet all of them probably should not be taking 3,000 supplements. So, as someone who’s seen the inside of the industry, and like I have heard from three of the people I trust most in the world, that you formulate the best supplements, and you don’t put any of the bad stuff, and you don’t put fillers, and you absolutely will not even do it if it’s not gonna be effective, so what should we be looking for when it comes to supplements? And how can we know, for us specifically, like, how to choose a good supplement?

Shawn: Yeah, some of the big things are, one, it needs to be a company that you do trust. Ideally, it’s a company that’s been around a while. New companies might be great. I mean, it’s hard to say but certainly like a company that’s been around 20 years is more trusted. I mean, they have a greater body of work. You are allowed to reach out to companies and ask for testing results. That is part of the law. So any company, you can call up and say, “Hey, can I see your testing results for these products?” If they are reluctant to do so, then I would be reluctant to use that brand. Looking on the bottle and seeing if they have crazy claims, “800% more such and such, 500% less of these.” Crazy claims are a big red flag. I also don’t like proprietary blends. I cannot stand proprietary blends. I wanna see each ingredient listed out individually and see the exact dose, the exact form, the genus and species of that herb, the plant part.

So it should say, you know, “Ginseng root, standardized for ginsena side A, 30 milligrams.” Each ingredient, I wanna see that so I can know whether they’re dosed appropriately. There’s a practice that’s been done for years and years called fairy dusting, that they take that proprietary blend, and it might have 20 ingredients in it, and you think, “Oh, all 20 of these ingredients are amazing. I’ve heard of all of these things. That’s great that this one capsule has 20 ingredients in it.” But meanwhile, like, one of those ingredients needs 500 milligrams to be efficacious. So, that’s a red flag clearly that, you know, all these ingredients can’t be at the efficacious dose. Also know that it’s put in order of descending mass. So, that thing that comes first in the proprietary blend could be 99% of that proprietary blend, and then you have less than one milligram of everything else in the blend. And that’s legal. And it’s frustrating.

So, you know, look at whatever is first, like, maybe creatine monohydrate is first in some muscle-boosting blend, and creatine is about $4 a kilo. It’s a great ingredient. I love it, but it’s super cheap. So you’re like, “Oh, cool, it’s got creatine, but it’s got these other 19 ingredients I love as well.” But it really doesn’t. It has fairy dusted amounts of those other ingredients. So that’s a huge frustration for me and something that I look out for.

And, you know, I think looking at, is it made by a formulator that knows what they’re doing? I think once you get above five or so ingredients, barring like a multivitamin, I think that doesn’t make a whole lot of sense. Usually, you want ingredients, if this is for, let’s say blood sugar or anti-aging, that there’s a mechanism of action for each of those ingredients that are complimentary. If you have three ingredients that all work on the same mechanism of action that are just in there so people say, “Oh, I’ve heard of those,” then that doesn’t make sense. You pick the one that works best, that’s most efficacious. And that’s the ingredient you choose. And then you look at a different mechanism that complements that one, a different pathway that helps blood sugar, and then you get the best ingredient for that one. And that’s what good formulating is. It isn’t just, “I’m gonna include all these ingredients so people have heard of them. I’m gonna get…” You know, and another thing, like with that clarity bit I’m talking about is, for example, someone might include Ginseng. But really all the benefit for the research is in the root. So if you don’t see the plant part, they could just be including the whole plant or the stem and the leaves.

And that part has literally no benefit. But they’re listing Ginseng and you say, “Oh, I like Ginseng. I heard Ginseng’s good.” But it’s not the root, the expensive part. They’re getting the part that gets thrown out from other people that are doing the right thing. So there’s a lot to it. And really, you wanna look at, also, if this is made in a GMP manufacturing factory plant, like, where there’s good manufacturing practice, that has been FDA inspected. And, you know, you’re not getting things in that product that you don’t wanna get, like heavy metals, or banned substances, and things like that. So, it being made at the proper place and having that good track record is important as well. And sometimes there’s third-party information, third party testing that you can find as well from places like Labdoor or Consumer Reports or, you know, companies like that, that’s worth looking at as well. And then lastly, I would say you can look at Amazon reviews. Yes, those can be manipulated. But if someone has a lot of bad ones, that’s certainly a sign that something isn’t right. But that would be some advice I’d give on how to choose the supplement, and then we can talk about what supplements to pick. But yeah.

Katie: Yeah, I do wanna go deeper on which ones to pick. And I love that you brought up, you know, just because people make claims like 800% more of something, I mean, that may sound great in marketing, but we also have to go, “Do we actually need 800% more of this thing?” Like, often there’s a standard dose that’s the most effective and it’s just, like, you know, water boils at 212 degrees. It doesn’t get more boiled if you get it hotter. You know, we don’t always need more of it. It might be ineffective or I would guess at some point a lot of things can become harmful. Just because they’re good in a certain dose doesn’t make them good in every dose. I’m curious, just on a personal level or what you recommend, if you cycle supplements. This is something I started doing with the recommendation of a doctor from Switzerland, who said, “Don’t do anything every single day.” Like, don’t ever give your body an input every day. So do you do that as well? Do you cycle what you take?

Shawn: Hundred percent. I 100% agree with that. I think that would not make sense to chronically overuse something. I mean, if you even think about drugs and the way they work, like typically they inhibit some enzyme, and they work for a week or two weeks, and you can kind of keep inhibiting that enzyme, getting that benefit. Let’s say it’s that Cox-2 inhibitor, like with non-steroidal anti-inflammatories like ibuprofen. But if you use it every single day, then your body comes to expect that, and then your body tries to maintain homeostasis, getting back to some version of normal. So it’ll find a way through, over, under that blockage of that enzyme, and then you start running into all the side effects because it’s trying to get your body back to what it thinks is normal.

So yeah, if you do something too chronically, it can actually work against you. I definitely agree with that. I think it’s most ideal to do that. And you get different benefits from different things. Like, with the adaptogens that we were talking about, you know, there’s things like Maca, Rhodiola, Ashwagandha, Ginseng. And what’s cool is, they’re like the most storied herbs in, like, each culture. Like, Maca down in South America, Asia, with Ginseng, Russia, Rhodiola, India, Ashwagandha. But to get the most benefits, like you’re saying, it’s usually in those first few weeks. So I like to just cycle through them and continue to get the resilience benefits. But, you know, not, like, have my body become too dependent on it and then, therefore, have no more positive benefit. So, yeah, I totally agree with that.

Katie: Okay. J'aime ça. So then let’s go deeper on how do we know what supplements we need? And I guess a piggyback question to that would be, what are you personally taking right now or personally excited about right now?

Shawn: Okay. D'accord. So, my top supplements, number one is probably surprising to people, but it’s Berberine because I believe so much in metabolic dysfunction. Berberine is something that is a glucose disposal agent. And of all the drugs in anti-aging in the longevity field, everyone knows Metformin. And Metformin has been shown to help people live two to two-and-a-half years longer that are already healthy. I’m not even talking about diabetics. Diabetics, it can be a game-changer. But Metformin is a drug and causes some B12 deficiency, also has been recalled recently by the FDA for being tainted. Berberine has been shown to be as good as if not better than in head to head studies to Metformin. And then there’s a version called dihydroberberine that I patented, that’s about five times more bioavailable, and doesn’t have the GI distress associated with Berberine or Metformin because your body has to convert at the gut Berberine to dihydroberberine, so you’re just taking the active form. And then in the plasma, it actually converts back to Berberine again. But you’re taking that active form, so you can take much lower doses, don’t have the GI distress, and you’re getting all these longevity benefits. So most of us are insulin resistant to some degree, glucose-intolerant to some degree. But even people that have low hemoglobin A1c, low resting blood glucose still see benefit. The lower you can push it down, the better, honestly. So that’s the big one. That’s where I’m starting. I do believe in taking, like, a quality multi that has Coenzymated B vitamins. That means, again, kind of like what I was saying with dihydroberberine, they’re already in their active form. So they don’t have to be converted.

So that means like with B12 methylcobalamin. That means with folate that it’s 5-methyltetrahydrofolate. Some people just call it methylfolate because you’ve probably heard some people are MTHFR, right? Like, they have that gene where they don’t convert folate to the active form very well. So, those can cause issues like anemia, and you don’t even know why. I’m taking plenty of folate. Why do I have this? So, if you get your B vitamins in this more expensive, better coenzymated version, that’s better for you. And then also getting the minerals in that multi in their organic forms, things like malate or citrate or amino acid chelates, like glycinate, things like that are much better than things like oxide or carbonates. Those are kind of inferior forms of the minerals.

Fish oil, I’m a huge fan of. I know that seems kind of basic but IDHA fish oil, a lot of your brain is phospholipids. DHA feeds the brain. It can convert to EPA, which is cardioprotective anti-inflammatory. So I’m just a big fan of getting fish oil. And we have way too high a ratio of Omega-6 fatty acids to Omega-3, in our country. We need a lot more Omega-3s. There’s a new ingredient that I’ve helped bring out to the market that is kind of mind-blowing to me, it’s called ergothianine. It’s an amino acid that you find in mushrooms. And the efficacious amount is only like 5 to 10 milligrams. And it really could be the whole reason that so many of these mushrooms are so powerful when we’re taking Maitake, Shiitake, Reishi, Lion’s Mane, Turkey Tail. We’re seeing all these benefits on the immune system, on VO2 Max and performance, on resilience adaptogens. And what we’re seeing is ergothianine has its own transporter in your body, specific for ergothianine. And it has a storage system specific for ergothianine.

C'est fou. Like, we are literally adapted for this amino acid. And what’s cool is it protects the mitochondria, which like I said, is probably the most important thing in aging, in our cellular energy, and just our wellness overall. And so, this is protecting you from mitochondrial dysfunction. And most antioxidants work kind of at a cellular level, and there can be thresholds where they become pro-oxidant and almost counterproductive. You see that with cancer and a lot of different things or even like timing it around a workout. It could be counterproductive. Ergothianine isn’t like that. It literally works to protect the mitochondria and your body decides when it needs it. And so it’s really amazing, especially in this time where we need more immunity, we need more protection. So I really like that one.

Probiotics, I’m a big fan of but it’s super confusing. We need a lot more research. We definitely know that gut microbiome is massive for our health. There’s the gut-brain access. You know, some people call the gut the second brain. I think some people are actually arguing now that it might be the first brain. A lot of our neurotransmitters are in our gut, actually, more than our brain, like the dopamine, serotonin, GABA, acetylcholine, all these things are in the gut. And a lot of our depression and disease states start in the gut. So, you know, getting a healthy gut and making sure you don’t have things like leaky gut, are pretty critical. So, taking prebiotics is good. Having fermented foods is good. Prebiotics are, like, these short-chain fibers that feed that bacteria in the gut. And then probiotics, I like in the spore form or microencapsulated form because they’re protected. They’re protected in shipment. They’re protected on the shelf. And they’re also protected when you swallow them, and it has to pass through your hydrochloric acid in your stomach. So I like getting, like, these more stabilized protected forms.

The most interesting thing to add to this now is something called butyrate. It’s a short-chain fatty acid that these probiotics actually make. And it’s super important for gut health, and actually can feed into beta-hydroxybutyrate, which is ketones, which is a whole other discussion. But it’s really cool that you can get butyrate now on the market. And the best form is a triglyceride form called tributyrin. And when you put them all together, these prebiotics, the probiotics, and the butyrate, the postbiotic as it’s called, then you get something called a synbiotic because they’re all working together to help with your gut health and reshape that gut. But we do need a lot more research on what specific strains to take.

There was just some data I read today that cardiovascular disease, they can actually use some markers of the gut microbiome and see that if you have these certain strains in this ratio, that your propensity to get cardiovascular disease is much greater. So there’s so much research that we need, and it’s a little confusing right now. But I’d say it’s still important to try and get a quality synbiotic, if you can, from a good company. Let’s see what else do I got? I’m thinking, if immune system is a big deal from time to time, I do boost up my zinc. I do take certainly extra D3. Depending on how much sun I’m getting, D3 is very important. Taking that oil form, and if you consume it with a fatty meal or take it with other oil, it’s better absorbed. I also like getting my D3 with K2. They’re very synergistic and work well together. I think you should get at least 5,000 IUs a day. If you’re not getting outside, then 10,000 IUs. And that’s helpful.

And then there is a compound called AHCC from mushrooms that is really expensive. And for me, when I’m crashing with my autoimmunity, it doesn’t happen much anymore, but if I’m really overflowing on that bucket, I have, like, some red eye flight and I’ve got a speech the next day, and whatever whatever, like this AHCC brings me back every time. It’s a little pricey but it works. There’s also an amino acid that’s actually cheap that helps too, called lysine. So those are some kind of autoimmunity hacks. And I like taking additional magnesium because we’re just so deficient in it. And most multis don’t have enough. Magnesium glycinate is my favorite. It helps with regularity. It helps with muscle contraction. It helps with sleep, immunity, so many things. And vitamin C is an incredible vitamin and antioxidants. I like the liposomal form of vitamin C and taking a higher dose. It’s hard to go above a gram of regular vitamin C because you just get GI distress. But, you know, if you can’t get in and get IV vitamin C, like once a month or something like that, where you can knock out all kinds of pathogens, at least taking a liposomal vitamin C is ideal. So that would be some of my big guns there.

Katie: Awesome. I’m over here taking notes. And I have at least one more topic I definitely wanna delve into if you still have a few minutes.

Shawn: Yeah, of course.

Katie: Another just quick follow up question. I have heard from quite a few readers and I have experienced this myself to some degree. When I start trying to ramp up my magnesium dose, I will sometimes get, like, skin rashes. Any idea what’s going on there? Even with the magnesium glycinate form, is that…? I’ve heard it potentially could be a histamine issue. Do you think this is a source issue or what would you…? Any idea on that?

Shawn: It does sound like a histamine issue. And histamine is so fascinating. It’s something I’ve been studying quite a bit lately. Like, you know, the antihistamines tend to take your energy down. Like, if you think of Benadryl, and I don’t know if you know… Like, have you ever used like Provigil or Nuvigil. It’s also called Modafinil. It helps with, like, alertness. It’s one of the most popular nootropics or study drugs out there that actually works on that histamine pathway. And histamine has a lot to do with alertness and wakefulness. But yeah, there’s a lot of, like, broken histamine pathway stuff that we have, that certainly can tie into things like leaky gut and there’s even leaky brain now, like I was talking about, that gut-brain access. But where these things that are passing through the blood-brain barrier in the brain that shouldn’t be or things that are passing through what should be tight junctions in the gut that shouldn’t be and are inflammatory. And so sometimes, yes, like, if you’re getting supplements maybe that aren’t the cleanest, like maybe it’s coming from a facility that has certain things that are allergic triggers for you, like, think of like tree nuts or, you know, gluten or whatever that could be in there, that’s possible. And it just depends on not only on the outside of it but, like, the powders. Like, what was it that they just processed, just before that magnesium? And especially if it’s a tablet. You know, like, there’s the binders and fillers in tablets add some complexity too. So, that’s where that whole, like, really high-end GMP thing makes a big difference.

If I was going to start somewhere and make my judgment, I’d always start with the most expensive, best form. And then once you know how it does for your body, then you can maybe back down and try some other ones that are a little cheaper, that have good reviews on Amazon or whatever. But like a company like Thorne or, you know, I formula a biotrust and Dymatize, I can tell you, like, my quality control is second to none. So I know those are there. But, like, Thorne is, like, a really high-end company, Pure Encapsulations, Doctor’s Best, those are some, like, really good ones, where if you start there, then at least you have, like, a guidepost to say, “Okay, like, it’s the magnesium, it’s not how it’s getting processed.” So, that’s what I’d look at.

Katie: Okay. Cool. Made notes on that as well. And then last big topic. We talked about this a little bit in-person. I feel like this is gonna be the new thing that people get excited about and start to explore. The idea of peptides. That might also be a new topic for a lot of people listening. So, to start broad, can you explain what peptides are and then maybe give us a few examples of how we’re starting to learn about how they can be used?

Shawn: Peptides is an encompassing term now. It’s not always what these compounds are. But what it means is that you have an amino acid, which is a building block. And multiple amino acids make peptides. And you can have a dipeptide, that’s two amino acids. You can have an oligopeptide, that’s like 13 amino acids, or a polypeptide, which is 20 or more. And, like, there’s different hormones in things that are made up of peptides. Like, for example, like insulin, or growth hormone, are peptides. So, there’s a lot of research going into some natural peptides that have physiologic impact and then some that aren’t natural, but let’s say, they don’t have the side effects that you would expect. Like, there’s a whole class, for example, called SARMS, that are selective androgen receptor modulators that work like steroids, but without the side effects associated with steroids.

So that’s a very interesting class going into the future, where you certainly have cachexia and sarcopenia issues with people not being able to maintain muscle mass but you don’t want the side effects of steroids. And, of course, they’re getting abused, like you would expect, in so many other circles, with athletes, etc. But certainly, as we age, muscle is so important. Like, one of the best predictors of longevity is actually grip strength. It’s one of the simplest tests of whether you’re going to live long or not, whether you’re healthy or not, is grip strength. Really simple test to do. But so these peptides, you have all kinds of peptides, these ones that help your brain, like Cerebrolysin or Dihexa. You have ones that are totally anti-inflammatory and healing. Ones that I use pretty often. Like there’s one called BPC-157 and TB-500 or Thymosin Beta-4. Both of those are incredible, like, to, you know, inject into, let’s say if you just had a surgery, and you used just insulin needles. And these don’t really hurt.

But you do have to know how to mix these bacteriostatic water and all this stuff or you can work with certain physicians that are mixing these peptides and working on anti-aging, and longevity, and healing. Dr. Daniel Stickler is an example. Aperon in Austin, Texas. There’s people all over the country that are doing this that you can look into. Certainly see if they have the certifications and qualifications. But these peptides holds so much promise. There’s another one, for example, Melanotan that actually makes you look more tan from melanin in the skin. And the interesting thing is, you know, usually when you’re darker skin, you are more protected from the photo-oxidation, the photodamage from the sun. And so not only does it give you that tan from an injection, but it also protects you from your skin aging as fast. So, a lot of these peptides are really fascinating. You know, most are injected, some are oral, some are internasal. But it’s becoming a huge science and its way outpacing, you know, the typical pharmacy and medical path of writing out a prescription. Like, you really have to work with some progressive doctors that know what they’re doing. I would really recommend that because you could get unclean sources of these. You could take the wrong doses. You might not mix them correctly. Again, with that bacteriostatic water, get the right needles, all that. But definitely something to look into with longevity, with anti-aging, is peptides. Huge area.

Katie: That’s fascinating. I’ve seen some of the research on these and I’m excited to keep seeing more. I knew you would be able to explain that well. And I feel like we might have to probably do a round 2 as these get more common and people follow up with more specific questions. I cannot believe how quickly our time is flying by today. And I think if you’re up for it, we’re gonna have to do more rounds of this one day because, like, I barely scratched the surface of everything I wanna ask you. But a question I love to selfishly ask at the end because I’m always looking for new books is, if there’s a book or a number of books that have really drastically changed your life, and if so, what they are and why?

Shawn: The “Four Agreements,” is super profound, not only for the actual four agreements, and don’t take anything personal is probably the one that I’ve struggled to most, but the idea of the agreements that you make throughout your life, that you let people project on you, hurt people hurt people. You let people project these things on you and say, “You’re ugly. You’re not smart. You’re not good enough. You’ll fail.” And you believe them. You make these agreements. When you come out of the womb, you are beautiful. You are perfect. You are a genius. You’re the best person in the world that’s ready to do anything. And it’s only through life that you learn all these lessons. We call them lessons. But really you make these agreements, that you’re not good enough. And it’s not true. So I think that book is really powerful. I love “The Obstacle Is the Way” by Ryan Holiday. That is certainly a growth mindset. It’s stoicism. It’s essentially that resiliency that we’re talking about, that not only is the obstacle not bad to have in your life, but it’s so good. It’s how you get stronger, become better. It’s how you become more resilient, harder to kill. It’s how you find your purpose. I mean, if I didn’t get sick, if I didn’t have all those struggles, I wouldn’t empathize with all the people I do today. I wouldn’t be here on this podcast with you. I wouldn’t have the certifications I have. I would be a totally different person. And I’m a better person for having gone through all those struggles.

And the last book, kind of along those lines, is probably Simon Sinek’s “Start With your Why.” It’s just finding your purpose. Like, really bringing clarity to that, I think is so important. Most people talk about their truth, but they really don’t know what it is. They haven’t done the deep self-work. And that’s another discussion about, like, you know, going to therapists, doing plant medicine, having great friends and mentors, all these other things. But I like his method of kind of clearing away all these shiny things that are distracting you, and really focusing on what lights you up, and then saying to go after that with full force because that is who you are, that is your why. And so, those books are probably the most profound for me.

Katie: I love all of those. I will make sure those are linked in the show notes at wellnessmama.fm for any of you guys listening so you can find them, along with I’ve been taking notes over here, if you see me looking to the right on everything that you’re saying, including supplements I’m gonna play with now. And like I said, I’m gonna have to have you back on. This was so much fun. I feel like we could have a dozen fun conversations that would really help a lot of people. But for today, I’m very, very grateful for your time. I know how busy and how valuable you are. And I’m so grateful that you took the time to share today.

Shawn: I love talking to you. I love your authenticity. You do blow me away and it’s a blessing. It’s really a blessing to talk to you, to know you, to now have you in my life. I don’t take that lightly. I always think, like, when these conversations and these friendships develop, that that’s like it’s meant to be and it’s really a part of my path. You know, kind of, like, the obstacle is the way, like this friendship is the way too. And I don’t take that lightly and I wanna reciprocate great friendship to you and great conversation to you. So anything you need from me, I’m here for you. And I’m just so thankful for you.

Katie: Thank you. And thanks as always to all of you for listening, for sharing your most valuable resource, your time, with us today. We’re both so grateful that you did. And I hope that you will join me again on the next episode of the “Wellness Mama Podcast.”

If you’re enjoying these interviews, would you please take two minutes to leave a rating or review on iTunes for me? Doing this helps more people to find the podcast, which means even more moms and families could benefit from the information. I really appreciate your time, and thanks as always for listening.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *